Rapport de la 4ème édition dans le Sine Saloum

Le Festival Itinérant de Cinéma Afrikabok 2017, une fois de plus, a connu un vif succès tout au long de sa tournée. Celle-ci s’est très bien déroulée pour notre équipe qui retrouvait avec joie la belle région du SINE SALOUM et ses habitants.

De SOKONE à FIMELA les escales-lieux de projections furent les suivantes :

  • 3 novembre – SOKONE   VENDREDI
  • 4 novembre – TOUBACOUTA  SAMEDI
  • 5novembre – KARANG  DIMANCHE
  • 7 novembre – DJILOR MARDI
  • 8novembre – KEUR DABO MERCREDI
  • 10 novembre – KAHONE VENDREDI
  • 11novembre – KEUR MADIABEL SAMEDI
  • 13 novembre- TATTAGUINE LUNDI
  • 14 novembre – PALMARIN MARDI
  • 15 novembre – ILE DE NIODIOR MERCREDI
  • 18 novembre – Clôture FIMELA SAMEDI

Évaluation de la réceptivité de notre programmation :

Cette année, afin de renouveler notre programmation, nous avions choisi de donner à voir un long métrage

  • LIFE SAARABA ILLEGAL de Von Peter Heller, Saliou Guendoum Sarr, Bernard Rub. Un documentaire très personnel sur le voyage de deux frères, entre l’Afrique et l’Europe. Aladji et Souley, viennent de Niodior,  fils de pécheurs au cœur des îles Saloum.
  • Un court métrage MAMAN(S) de Maïmouna Doucouré qui a été récompensé meilleur court métrage au CESAR 2017. Aida, 8 ans, habite un appartement de banlieue parisienne. Le jour où son père rentre de son voyage au Sénégal, le quotidien d’Aida et de toute la famille est complètement bouleversé : le père n’est pas revenu seul, il est accompagné d’une jeune sénégalaise, Rama, qu’il présente comme sa deuxième femme. Aida, sensible au désarroi de sa mère, décide alors de se débarrasser de la nouvelle venue

Ainsi, initiant la séance par des spots et films intercalés sur la sensibilisation  contre le TUBERCULOSE avec le soutien du Ministère de la Santé et de la sensibilisation sur le DROIT A LA NATIONALITE et FIN DE L’APATRIDIE avec le partenariat  du UNHCR. Nous avons distribué auprès  des écoles, postes de santés  et mairie des flyers, affiches et autocollants  en Français, Wolof et Sérère  pour bien sensibiliser sur ce sujet. L’attention du public fut constante pendant toute la projection (3 H 30), prouvant ainsi la capacité d’attention de tous les publics y compris le public des écoliers.

Estimation quantitative du public

C’est sans aucun doute, dans les villages que l’audience fut la plus élevée, atteignant entre 300 et  1500 personnes ou plus à l’occasion de chaque projection. L’estimation de l’audience serait d’environ.

 

  • SOKONE                 1000
  • TOUBACOUTA         700
  • KARANG                  400
  • DJILOR                   800
  • KEUR DABO             1500
  • KAHONE                  700
  • KEUR MADIABEL     800
  • TATTAGUINE            200
  • ILE DE NIODIOR     1500
  • FIMELA                  700

Soit un total de 8300 personnes environ ayant assisté à nos projections.

L’implication des partenaires locaux :

Elle fut partout excellente. Dans les communes qui nous connaissaient déjà et les autres, l’assistance des services de la mairie, l’implication personnelle des adjoints ou des chargés de la culture facilita grandement notre prestation ainsi que les médecins et les infirmières.

Il faut souligner l’effort constant des enseignants pour mobiliser les élèves et favoriser ainsi la  participation d’un jeune public qui, peu à peu, acquiert un goût pour un « autre » cinéma que celui auquel il a accès généralement à la TV.

Dans les «nouvelles »  communes visitées,  les autorités déléguèrent auprès de nous des personnes motivées, qui, avec leur connaissance du terrain, nous assistèrent pour la mise en place de la projection et la communication auprès des populations.

Durant toute la tournée, nous fûmes merveilleusement accueillis, non seulement par les autorités, mais aussi par les habitants des villages où, désormais, nous comptons de vrais amis.

Notre festival est maintenant connu sur cette partie du territoire  et  le rendez-vous est pris pour la 5 ème édition 2018

L’impact du Festival

Première réaction à notre passage : l’évènement est connu, attendu car il devient  l’occasion (unique dans l’année) de voir du cinéma. Ensuite, des demandes s’expriment de la part de certains groupes : des films à caractère pédagogique, ou documentaire, plus de films traitant des problèmes de santé, des films longs métrages de cinéma africain (sénégalais en particulier).

Au niveau professionnel, l’intérêt pour le cinéma s’exprime chez de jeunes professionnels des métiers de l’image qui souhaitent renforcer leur capacité à produire de bons films longs et courts.

Recommandations pour l’avenir

Peut-être en proposant 2 soirées consécutives dans le même site, surtout dans les villes, avec un programme différent pour chacune des soirées.

Attacher la plus grande attention au choix du site de projection ; les populations villageoises, surtout la nuit, ont tendance à peu s’éloigner de leur habitat.

Nos partenaires

 

 

 

 

 

 

Encore pour cette année nous avons été très sensibles au soutien que nous a apporté TV5MONDE, en diffusant 62 spots avant et pendant le festival sur son antenne.

  • UNHCR, pour « le Droit à la Nationalité » et « la fin de l’Apatridie » qui est vraiment un fléau dans les régions du Sénégal et le soutien financier
  • L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAKAR, pour le soutien financier
  • LE MINISTERE DE LA CULTURE, pour son soutien financier à la diffusion des films
  • LA SENEGALAISE DE L’AUTOMOBILE -AUTORENT, c’est grâce (comme chaque année depuis le début du Festival Afrikabok) à la Sénégalaise de l’Automobile ET Auto RENT à son directeur Jérôme Barth et à M.Fréderic DAGHER ainsi que Ndeye Sarr  que notre voyage s’effectue dans des conditions de mobilité idéale. En effet, disposant de 2 véhicules 4X4, mis à disposition, l’équipe du festival (5 personnes) et le matériel peut  parcourir Le Sine Saloum en pleine sérénité
  • LA FONDATION TOTAL, qui nous a financé les supports du Festival
  • CANAL + AFRIQUE, qui nous a financé  les tee shirts et produit les spots radios en français  et wolof
  • LA LONASE, pour le soutien aux carburant
  • UBIZNEWS TV, grâce à l’ami du Festival Monsieur Amobe MEVEGUE qui a diffusé en boucle le spot du Festival sur le bouquet de la chaîne canal 163 (canal+)
  • LE PORT AUTONOME DE DAKAR, pour sa contribution à la bonne marche du Festival
  • L’HOTEL LA SOURCE AUX LAMANTINS, qui nous a logé et nourri lors de tous nos passages à Djilor Djidiack, Merci Anne Catherine Senghor Beye

Le festival Afrikabok vise, au-delà de la diffusion du cinéma au Sénégal, à promouvoir le cinéma  et à favoriser sa production en contribuant à  la constitution

D’équipes de professionnels disposant de la compétence exigée pour la réalisation de films de bonne qualité.

MERCI A TOUTE L’EQUIPE DU FESTIVAL AFRIKABOK

DJIBRIL DIAKHATE, KARIM MBOUP, FARA CISSE, Mlle ADAMA DIALLO, FRANCOIS DOGUE

 

Bruno Ventura

    Directeur du Festival